Créer mon blog M'identifier

Préparer la première rentrée de ses enfants

Le 12 août 2013, 17:02 dans Humeurs 0

Eh oui la date fatidique approche assez vite, plus que 3 semaines de vacances et ce sera l'école pour mes jujus. Ils ont fait une petite matinée d'adaptation avant les vacances mais je stresse un peu pour le changement. Fini la nounou et plus autant d'écoute. Ils entrent dans la vie des grands.

La propreté est venue pour ma fille et mon fils, ça me soulage pour eux, pas ce soucis là à la rentrée. Je culpabilise aussi car je ne pourrai pas être là ce grand jour vue que je suis aussi enseignante et acceuille donc mes grands élèves au lycée (à la grande école comme dit ma fille). Elle, elle "ne pleurera pas à l'école", d'après elle, je l'espère.

Son frère et elle me font des plans bébés, je parle bébé, je me colle à maman en lui demandant de me tenir comme un bébé et je regarde les albums photos de leur première année...

C'est drole ce tiraillement entre grandir et rester petit. On est comme ça toute notre vie finalement.

J'imagine bien mes deux petits bouts comme sur la photo, serieux et appliqués mais je ne suis sure de rien, à la maison c'est sérieux le coloriage collage et découpage mais avec les autres copains ???

Pour que tout aille pour le mieux, ils ont leurs petits sacs à dos, offerts par leur super nounou, ainsi que leur boite à gouter (pirate et princesse) et j'ai commandé des étiquettes pour les vetements de rechange sur www.a-qui-s.fr  comme ça chacun se reconnaitra... Les étiquettes se collent avec la chaleur du fer, c'est trés mignon et résistant (ceux des vetements du cousin qui à 3 ans de plus et que je récupère n'ont pas bougé malgré les lavages).

Bon mainstenant je lis des petites histoires d'école (les 24 petites souris, l'ogre qui voulait aller à l'école...) Ca met dans l'ambiance. 

En tout cas, je serai bien plus stressée qu'eux ce premier jour même si super Papa sera là mais moi non, sniff...

L'année scolaire .... la fin

Le 30 mai 2013, 08:56 dans Humeurs 0

Je suis prof en lycée, et la fin de l'année approche, avec elle, les dernières copies à corriger, les bulletins et livrets scolaires à remplir, les RDV tardifs de parents inquiets vous affirmant que "il va beaucoup travailler pendant les vacances (et pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant)", " il ne supportera pas de redoubler"... et tant d'autres encore.

Le temps étant ce qu'il est en cette fin de printemps, on se croit plus à la toussaint qu'à l'approche du bac.

Aussi cette année je ne ressens que peu le stress des conseils de classe du troisième trimestre. En effet, pour moi c'est un stress, prendre une décision sur l'orientation d'un élève c'est une grande responsabilité. Accorder ce qu'il souhaite à un élève dont le travail n'a pas été suffisant, c'est "lui donner une chance" qu'il saisira ou non. Ne pas lui accorder c'est jouer notre rôle de prof objectif mais l'élève comment le prendra-t-il? Rebondira-t-il ou s'effondrera-t-il?

J'ai pourtant maintenant 15 ans d'expérience et c'est toujours aussi difficile de cerner l'élève. J'ai pourtant vue des élèves en grande difficulté sociale pendant mes dix premières années en banlieue parisienne dans un lycée labélisé "prévention violence" et maintenant que je suis dans un "bon lycée" de centre ville en province c'est autre chose, les élèves ont des parents attentifs, sans problème lourd financier. Ce n'est pas plus simple contrairement à ce qu'on pourrait croire. Les premiers étaient attachants en demande constante de reconnaissance et pour un grand nombre désireux de réussir via l'école malgré toutes les diffciultés environnantes. Les seconds sont polis, distants, et peu enclin au travail. Les loisirs, les copains, les filles ou les garçons, le soirées, les week-end sont leurs préoccupations. Ils peuvent réussir sans l'école ou presque, leur environnement familial leur permet de palier à leur détournement d'adolescence. On se sent du coup moins utile, ils veulent réussir mais ponctuellement, et immédiatement. L'effort est un concept difficile. Aussi l'école est là pour les sociabiliser et moins pour les éduquer. 

Mon état des lieux de la "bourgeoisie" scolaire peut paraitre un peu terne mais cette année, j'ai été prof principal d'une classe trés bizarre. Des clans se sont formés, avec des filles "ultra-stylées" qui regardaient avec mépris "les autres filles" moins favorisées ou moins attachées à l'apparence. Du coup les grosses perturbatrices sont parties dans le privé, où elles se retrouvent entre-elles... Ca m'a un peu destabilisé cette histoire de "je ne me fie qu'à l'apparence et à rien d'autre". Ca s'est tassé sur l'année, les clans sont restés mais sans conflis ouvert du coup on a pu tenir la classe et terminer l'année. 

L'avantage c'est que les ados changent vite, on passe de la fi-fille à sa maman à la fan de hard-rock ou à la punkette en moins de quelques semaines et si on regarde un ado entre son entrée en seconde et sa fin de terminale, c'est souvent un gros changement, heureusement, le plus souvent positif avec des phases d'alternance haute et basse.

 

Bref, revenons au titre de l'article, c'est la fin de l'année, je dois donc finir de corriger mes dernières copies (avant celle du bac) pour remplir les bulletins..... Je recule toujours devant cet obstacle, c'est le plus casse-pied des travaux du prof, enfin pour moi.....

 

 

 

De la fête des mères...

Le 26 mai 2013, 15:37 dans Humeurs 0

La fête des mère, c'est :

- émouvant (oui, ces deux têtes blondes qui vous offre une belle boite à camembert décorée contenant un magnifique collier en terre cuite qui pèse douze kilo)

- reposant ( c'est un dimanche avec deux enfants levés à 6h pour vous souhaiter "bonne anniversaire, .... à non fête", bon ils n'ont que deux ans et demi c'est amours )

- at - tachant (bon le gateau a fini sur le pull (ben oui une année normale ça aurait été sur un t-shirt plus simple à néttoyer) puis on a fait un gros popo pour finir le repas )

Mais bon les voir vous offrir ça avec leur air ingénu et leur grand sourir ça fait tout passer même la boite qui est alorsmagnifique et le collier qui est pas si lourd (même si j'ai déjà vu une autre mère avec le même boulet oups objet autour du coup ce matin au parc prés des balançoires)....

Voir la suite ≫